Pour accéder à toutes les fonctionnalités de ce site, vous devez activer JavaScript. Voici les instructions pour activer JavaScript dans votre navigateur Web.

QUI SOMMES-NOUS

La Maison de Pommery

Située à 10 kms de Saint Quentin (sous-préfecture de l’Aisne), la Maison de Pommery est un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) de la Fondation Diaconesses de Reuilly.

La Maison de POMMERY a été fondée à la fin du XIX° siècle par la famille Joly de Bammeville, grands industriels protestants et maires de Saint-Quentin à plusieurs reprises. La Maison accueillait alors des personnes en grandes difficultés matérielles et morales.

Au début du XX° siècle des membres de l’église réformée de Saint Quentin se sont organisés en association loi 1901 (association à vocation sanitaire et sociale, à but non lucratif, reconnue d’utilité publique depuis 1908) : L’ABPP-Entraide protestante de Saint Quentin.

Signataire d’une convention tripartite avec l’Etat et le Conseil Général, l’établissement  est ouvert à toute personne âgée, dans le respect de ses opinions philosophiques, spirituelles, politiques, religieuses…

La Maison de Pommery est agréée à l’aide sociale pour les personnes accueillies en hébergement permanent. Elle est habilitée à accueillir des personnes bénéficiant de l’allocation logement.

La Maison de Pommery est membre entre autre :

Un peu d’histoire

A  la fin du XVI° siècle, le château et le fief de Pommery appartiennent au Seigneur  de Sons.    

Cette famille était de religion catholique mais Marie de Barisis, veuve de François de Sons, avait adhéré à la Réforme. Elle ouvre sa maison au culte réformé dès le 1er janvier 1641. Cependant, les oppositions se déclarent et le culte doit cesser.  Il  reprend en 1643 et peut s’y  dérouler après la mort de Madame de Barisis jusqu’en 1650.

Le 20 octobre 1786, Pommery devient la  propriété d’une autre famille protestante, les Joly de Bammeville…

Les Joly étaient des gentilshommes huguenots  originaires du Poitou. L’un d’eux épousa une Damoiselle de Bammeville et prit ainsi le nom de cette Seigneurie Normande. Au début du XVIII° siècle les Joly de Bammeville quittent donc  leur province où la répression est devenue insupportable depuis la révocation de L’Edit de Nantes. Ce n’est qu’ à la fin du siècle que Pierre et son fils Samuel font l’acquisition de Pommery.

Pendant plus d’un siècle, le château de Pommery fut la résidence de la famille Joly de Bammeville. Pierre Joly fait construire le château neuf, (photo ci-contre) laissant l’ancienne habitation de la famille de Sons.  Il aime à y vivre entouré de sa famille.  Sous la terreur, alors que leur fils est emprisonné à Paris, les parents Joly sont simplement gardés à vue dans leur propriété. C’est là qu’ils termineront leurs jours. Le cimetière particulier de Pommery fut aménagé pour eux, et plusieurs de leurs  descendants y furent inhumés,  dans de beaux tombeaux qui existent toujours. Le second propriétaire, Samuel Joly de Bammeville, est le futur Maire de Saint-quentin, puis le  domaine est légué à son second fils, Jules Joly, manufacturier à Saint-Quentin.

Jules s’occupe beaucoup de Pommery auquel il semble très attaché. Veuf dès 1830 avec trois enfants, il se remarie à Clémence de Neuflize, dont il aura encore une fille, la future Madame André, femme du banquier parisien, donatrice de la moitié du  domaine. Jules Joly décède le 11 avril 1870. Son testament, rédigé cinq ans avant sa mort nous le montre comme un homme de cœur.  Outre des legs au consistoire de Saint-Quentin et à l’Hôtel-Dieu, ainsi qu’aux pauvres d’Etreillers, il donne une année de leurs gages à tous ses domestiques, et six mois aux employés de la ferme et du jardin de Pommery. Il pensionne depuis plusieurs années un homme blessé dans Paris par son cocher,  et nourrit deux enfants pauvres d’Etreillers.

En 1889, Eric Joly de Bammeville et son épouse auraient commencé à accueillir des indigents au soir de leur vie, ils leur donnent asile. C’est aussi l’année où cesse l’exploitation des manufactures des frères Joly de Bammeville.

En mai 1894 fut créé un asile de vieillards, les Joly prenant tous les frais à leur charge pour une  douzaine de personnes âgées jusqu’en 1917. Le 22 février 1914, les Joly, auteurs de bien d’autres fondations charitables, lèguent leur château et leur domaine avec tout ce qu’il contient, à l’Association de Bienfaisance des Protestants de Saint-Quentin, à charge d’entretenir le cimetière familial et de poursuivre l’accueil des plus démunis. Le 30  août 1917, la propriété est occupée puis le château détruit par les troupes allemandes de passage.

En 1922 , on commence la reconstruction sous la direction du Comité de Bienfaisance.

Le 25 octobre, est posée la première pierre du nouvel Asile (photo ci-contre) qui prendra le nom d’Asile Joly de Bammeville-André. C’est beaucoup plus tard, que l’établissement prendra le nom de Maison de POMMERY, Fondation Joly de Bammeville. D’après les recherches de Madame Monique Séverin, historienne.

En 2007, l’Entraide protestante de Saint Quentin obtient l’autorisation d’effectuer d’importants travaux de rénovation et d’extension de la maison portant sa capacité d’accueil de 38 à 68 résidents. Grâce à d’importantes subventions de l’Etat, du Conseil Général, des Caisses de retraite, à un prêt de 4 800 000 € de la Caisse des dépôts et des prêts à taux 0 de la CNAV-CRAM… Les travaux débutent en fin 2008 pour s’achever en début 2011. En août 2011, l’ABPP-Entraide protestante de Saint-Quentin donne tout son patrimoine à l’Assocation protestante bien implantée en Picardie : l’Abej-Coquerel. A partir de février 2016, la Maison de Pommery est gérée par la Fondation des Diaconesses de Reuilly après sa fusion avec l’Abej-Coquerel.

 

LES CONDITIONS DE SEJOUR

Les modalités d’admission

– La visite de l’établissement, 

– La présentation de son projet de vie, 

 L’écoute attentive des besoins et des attentes exprimés autant que possible par la personne concernée, constituent les préalables à l’examen de toute demande d’admission.

A l’issue de la première visite, le dossier complet (administratif, social et médical) de demande d’admission est communiqué au candidat ou à son représentant légal. A noter que l’établissement est habilité à l’aide sociale.

Le dossier de demande d’admission comprend : 

  • Le dossier administratif et social (comportant entre autres, l’histoire de vie de la personne)
  • Le dossier médical.
  • Le « Règlement de fonctionnement » parafé et signé.
  • Les coordonnées des personnes qui se porteront caution solidaire.

Le prix de journée HEBERGEMENT 2018 s’élève à 74.00 € pour les plus de 60 ans et 91.91 € pour les moins de 60 ans.

Le tarif DEPENDANCE est de 21.20 € pour les personnes GIR 1 et 2.
Le tarif DEPENDANCE est de 13.46 € pour les personnes GIR 5 et 6.
Le tarif DEPENDANCE est de 05.71 € pour les personnes GIR 5 et 6.

Accompagner la vie quotidienne

Les aides à la vie quotidienne

Des aidants professionnels (aides soignants, aides médico-psychologiques, agent de services logistiques) soutiennent les résidents dans les actes courants de la vie quotidienne (rangement de la chambre, toilette, habillage, repas, coucher, lever, déplacements, etc.) tout en veillant à préserver leur autonomie. 

Il s’agit d’accompagnement dans le respect de la dignité et de l’intimité de chacun et non d’assistance… d’« inciter à faire » plutôt que de « faire à la place » de la personne accueillie.

Les soins médicaux

L’établissement salarie

– 1 médecin coordonnateur à temps partiel

– 1 infirmière coordinatrice

– 4 infirmières.

Actuellement, 12 médecins libéraux interviennent dans la Maison. Les résidents conservent le libre choix de leur médecin traitant pendant toute la durée de leur séjour.

De nombreux intervenants paramédicaux choisis par les résidents (ou leur représentant légal ) participent activement au projet de vie et de soins de l’établissement : kinésithérapeutes (4) , pédicures (2), orthophoniste (1).

Les conditions matérielles

La chambre : lieu de vie privé

Les résidents disposent d’une chambre individuelle meublée dotée, pour la plupart, d’une salle de bain équipée d’un WC, d’un lavabo et d’une douche adaptée aux personnes handicapées. Les résidents sont encouragés à s’approprier leur chambre afin qu’elle devienne leur lieu de vie aussi agréable que possible. Ils peuvent apporter des objets personnels familiers, tels que des tableaux, des photos, des meubles (dans ce cas l’établissement pourra enlever les siens). Le ménage de la chambre est fait aussi souvent que nécessaire. Du lundi au vendredi, les petites réparations sont assurées par le technicien de maintenance dans la demi-journée.

Les espaces collectifs

Les résidents ont un libre accès à la plupart des espaces collectifs.  Ils peuvent inviter leurs proches dans des endroits plus intimes tels la petite salle à manger (à réserver à l’avance) ou le salon. 

Les repas

Délicieux à l’avis des résidents et de leurs proches, les repas sont tous confectionnés sur place par les cuisinières de la maison. Ils sont servis dans les salles à manger ou en chambre si nécessaire.  Chacun est libre de prendre son repas à la température qu’il souhaite et à son rythme !  Les résidents sont invités à donner leur appréciation après chaque repas.

UN PROJET DE VIE

Des repères éthiques essentiels et concrets

L’accompagnement des résidents dans les domaines de l’hébergement, des soins et de la vie sociale s’effectue dans le respect, par tous, de :

Des propositions d’activités variées 7 jours sur 7

Quel que soit notre âge, nous voulons non seulement vivre pleinement le temps présent et lui donner du Sens mais aussi faire des projets, rester curieux et émerveillés de tout ce qui nous entoure…

A Pommery, les actions d’animation sont considérées comme essentielles au même titre que la restauration, les soins médicaux ou paramédicaux…
Des activités variées sont proposées tous les jours  de 10h00 à 11h30 et de 14h00 à 17h30.

Aussi souvent que possible, des ateliers supplémentaires sont proposés en parallèle aux activités « habituelles ». (modelage, poterie, jardinage, arts plastiques, atelier musical, chants, conférences, café philo, café literraires, animations picardes, informatique, journal semestriel,  spectacles… )

Le programme d’animation fait l’objet de concertations régulières avec les résidents, l’équipe des salariés, les bénévoles et les familles.

Les résidents sont invités à participer aux animations.

Leur liberté de choix est respectée, leurs critiques (et celles de leurs proches) prises en compte, leurs suggestions écoutées.

Les résidents sont encouragés à demeurer acteurs de leur vie et de leur séjour. Ils sont invités à participer aux rencontres instituées par l’établissement.

Les espaces de réflexion et d’échanges

Le Conseil de la Vie Sociale (CVS)

C’est un lieu d’information, d’échanges sur la vie de l’établissement qui réunit au moins 3 fois par an, les représentants des résidents, des représentants légaux, de l’association gestionnaire, du personnel, ainsi que le directeur.

Pour plus d’information télécharger le décret n°2004-287 du 25 mars 2004 :

Le groupe de parole 

ou « Il était une fois nos vies, nos histoires » Réunion mensuelle animée par la psychologue.

La commission solidarités

Des résidents et des bénévoles sont engagés dans un partenariat humanitaire avec des personnes démunies de pays en voie de développement.

La commission menus

Réunion mensuelle animée par la cheffe cuisinière.

L’accompagnement spirituel

Le service des aumôneries est organisé et contrôlé par le Directeur.

1.  Une aumônerie chrétienne est proposée à tous les résidents, assurée par :

–  le prêtre catholique du canton

–  des laïcs catholiques (parmi lesquels des conjoints de résidentes),

–  des pasteurs ou des laïcs protestants (dont une résidente),

–  la coordinatrice de l’accompagnement spirituel. 

Ces intervenants assurent : 

l’animation de célébrations ouvertes à tous

(quelles que soient leurs convictions ou leur famille religieuse) :

–  un culte au moins 3 jeudis par mois,

–  une célébration catholique tous les mardis,

–  une messe un mercredi par mois,

–  la communion (catholique) régulièrement,

–  des visites de résidents qui en expriment le souhait.

Les intervenants des cultes se réunissent tous les ans pour des échanges fraternels autour d’un repas.

Ils organisent plusieurs célébrations communes au cours de l’année liturgique.     

2.  Sur demande des résidents, l’aumônerie d’une autre confession religieuse pourra être organisée sur place.

3. L’accompagnement de la fin de vie… sans oublier de se dire « adieu »

Lors de chaque décès un  « moment du souvenir » est organisé par la coordinatrice de l’accompagnement spirituel, en collaboration avec les proches du résident et des membres du personnel. Moment fort auquel sont invités les résidents, les proches des résidents, les salariés, les intervenants libéraux et bénévoles.

ECLATS DE VIE

Le parc au fil des saisons

Les ateliers

Les sorties

Quelques évènements

Nous contacter

Contact Us
Consentement explicite *

Maison de Pommery

1, Hameau de Pommery – D32

02590 ETREILLERS

03 23 50 80 50

Nous contacter par mail

Actualités

La Maison de Pommery accueille l’exposition « l’Art à la Campagne »

La Maison de Pommery accueille du 25 mai au 8 juin 2019 l’exposition sur le thème « l’Art à la Campagne », proposant des œuvres d’artistes locaux. L’établissement s’est associé à la commune d’Etreillers pour que cette exposition marque le début d’un travail de partage, d’inclusion et de vie citoyenne, incluant les résidents de la […]

Lire la suite

Norway, le chien qui illumine le quotidien des patients de l’Ehpad d’Etreillers

Dans le petit village d’Etreillers dans l’Aisne, la maison de retraite accueille un nouveau venu, il s’agit de Norway, un Golden Retriever. Il va passer ses journées aux côtés des résidents de l’établissement, une méthode thérapeutique qui permet aux personnes âgées de sortir de leur isolement. Pour plus d’info voir ici le lien du reportage.

Lire la suite